pointe_raz.jpg

POINTE DU RAZ - BAIE DES TREPASSES - POINTE DU VAN

Une journée mythique !

C'est une célèbre balade que tous les amateurs de randonnées dans le monde souhaitent faire un jour : faire le long déplacement pour la Pointe du Raz. Le site s'est davantage protégé contre l'afflux massif de touristes, vous contribuez désormais à la préservation de ce lieu unique en payant le parking en haute saison.

 

La Pointe du Raz est mythique, absolument incroyable et si différente en fonction de la lumière, de la saison, et de la météo, ce qui peut vous arriver dans une seule et même journée. Nous avons adoré la vue depuis la Pointe du Van, moins fréquentée et tout aussi spectaculaire, notamment en été avec ses teintes violet, jaunes et roses de sa végétation. Les deux pointes sont liées par la Baie des Trépassés, nom légendaire de cette plage agitée du bout du monde.

 

Alors préparez-vous à affronter les éléments et ouvrez grand vos yeux au cours de cette balade mythique ! 

POINTE DU VAN

Le panorama depuis la pointe du Van nous a laissé bouche bée ! La balade autour de la pointe au milieu de la bruyère (en été) est enchanteur. Vous avez devant vous 4 phares. Ils ont été construit au 19ème siècle au moment où la navigation maritime a pris son essor. A l'époque, les cargo et autres paquebots passaient au plus près des côtes. La France a donc décidé de créer des routes éclairées. Ici, le nombres de naufrages est important, notamment autour de l'ïle de Sein où les rochers ne sont pas visibles dès que la mer est un peu formée. 

Les gardiens de phares ont établi une échelle pour évoquer leur métier :

- Le Paradis : Un phare construit sur la côte, où la vie est facile, souvent en famille.La seule contrainte, finalement, est de gravir les marches pour accéder à la lanterne. 

- Le Purgatoire : les phares construits sur une île. Evidemment, il y a la solitude, surtout si l'île est inhabitée mais les gardiens reviennent régulièrement sur terre ou peuvent côtoyer les îliens. 

- L'Enfer : les phares où la mer entoure l'édifice, tel que Ar Men, considéré comme l'enfer des enfers. 

 

Les gardiens de phare sont les seuls hommes qui avaient l'honneur de connaître de leur vivant : l'enfer, le purgatoire et le paradis. Ils débutaient leur carrière en enfer puis au purgatoire et terminaient au paradis.

panorama_pointe_du_van.jpg

PHARE DE LA  VIEILLE

Le légendaire phare de la vieille est posé au milieu de l'enfer du raz de Sein, isolé, entre la houle, les rochers et les courants. 

En 1887, après 10 ans de travaux dans des conditions dantesques, il s'allume pour la première fois. Son rôle est essentiel, à une époque où les bateaux de marchandises empruntent ce couloir entre Sein et Raz. Mais peu de chance d'apercevoir des cargos aujourd'hui, les nombreuses catastrophes de marées noires, ont obligé les autorités à déplacer l'autoroute de la mer à une centaine de kilomètres de là.

ILE DE SEIN et SON GRAND PHARE

Il est construit à l'extrémité de l'île en 1951 pour remplacer celui qui fut détruit lors de la seconde guerre mondiale. Haut d'une cinquantaine de mètres, le phare abrite  une usine électrique et un centre de désalinisation pour alimenter l'île en eau potable. 

Sein est exposée à tous les vents et aux vagues qui la submergent régulièrement. Souvent située sous le niveau de la mer, son point le plus haut est son église, 9m, que la mer a léché lors d'une tempête en 2008, signe d'une montée des eaux... c’est un endroit unique, hors du temps, où l'on se sent vulnérable face aux éléments. 

PHARE AR MEN

Surnommé l'enfer des enfers, il signale les nombreux affleurements rocheux présents à la pointe de l'île de Sein. C'est le phare mythique de Bretagne, construit au milieu de nul part (on ne voit son rocher qu'à marée basse), la mer passe engloutie ses 33m de haut à la moindre tempête. Sa construction a relevé de l'exploit. On ne peut pas acoster à Ar Men, le ravitaillement et la relève s'effectuaient à l'aide d'un treuil. Pas de chauffage à l'intérieur et les conditions de vie à 2 étaient souvent difficile (chambre de 7m²). Automatisé depuis 1990, son état de dégrade de manière inquiétante. 

PHARE TEVENNEC

Il doit sa forme particulière au fait que l'habitation du gardien du phare est à côté de la tour. Il fait la paire avec le phare de la vieille pour sécuriser le raz de Sein. On le surnomme le phare maudit, tellement d'histoires bizarres furent racontées. Il faut dire qu'il était habité par une seule personne pendant des mois et qu'une grotte sous le phare faisait un bruit infernal. Il est aujourd'hui en très muavais état

BAIE DES TREPASSES

Derrière ce nom apocalyptique se cache un lieu merveilleux et unique. La légende raconte que des marins reviennent parmi les vivants, chez leurs proches, tous les 2 novembre, jour des fidèles défunts. Les bretons allumaient alors de grands feux dans leurs maisons, pour qu’ils puissent venir s’y réchauffer.

Il est aussi dit que les naufragés des bateaux échoués sur la pointe du Raz finissaient sur cette plage. Il s'avère que les courants contraires ne le favorise pas plus que ça...

Quoiqu'il en soit, cette plage du bout du monde, cachée entre les deux pointes du Raz et du Van, où souvent la mer se déchaîne est un lieu qui favorise l'imagination. Le bruit, la vue donnent à cette plage une atmosphère absolument unique.

C'est aussi devenu un spot de surf. En été, sa couleur émeraude sera un appel irrésistible à la baignade, quoique un peu fraîche, on s'éclate dans les rouleaux. 

Baie_des_trepasses.JPG
Pointe_du_raz.jpg

POINTE DU RAZ

La dernière étape de votre journée est ici, sur cette pointe mythique. On y vient du monde entier pour se rendre compte de son caractère emblématique. Son promontoire offre une perspective exceptionnelle sur le phare de la vieille et l'île de Sein. Nous avons choisi la fin de journée, quand la foule est déjà repartie, que la lumière baisse. 

Le site est à présent protégé et mieux géré. Il faut bien rester sur les sentiers aménagés, le parking est payant en haute saison pour financer cette protection. 

Depuis le parking, nous avons rattrapé le gr34 à gauche (pas évident à trouver, il faut prendre à gauche de l'observatoire). De là vous apercevez déjà le port de Bestrée et le chemin est beaucoup sympa par ici. 

Evidemment par temps de tempête, le sentiment de vulnérabilité face aux éléments est décuplé. Soyez prudent et prenez en plein la vue et les oreilles ! 

logo_baroudeurs_du_temps.png