top of page
Bzh_Josselinn (41)b copie6.jpg

Les seigneurs d'An Oud 
Balade au cœur de la Bretagne médiévale

Mes incontournables

LE bouquin

BRETAGNE | DESTINATION | JOSSELIN

A l’écart des flux touristiques, cet itinéraire au cœur de la Bretagne est une vraie découverte. Au fil de l’eau, vous observerez un riche patrimoine notamment avec le spectaculaire château de Josselin, un paysage typiquement breton fait de landes, un festival de grande renommée à La Gacilly, et tout simplement des villages de caractère. La Bretagne c’est aussi ça !

Nos histoires en Bretagne se déroule en plein Moyen-Âge, à une époque de hautes luttes internes pour conquérir le Trône de Bretagne. Le petit Duché va se retrouver au cœur du conflit entre les Royaumes d’Angleterre et de France dont vous trouverez LE Bouquin ici.

An Oud, l’Oust en français, traverse toute la Bretagne, elle est une rivière essentielle dans le Duché de Bretagne du 12ème siècle. On y transporte des marchandises et les habitants y trouvent là un axe pour se déplacer en étant à peu près en sécurité. La rivière Oust est à la fois une aubaine économique et aussi un grave danger pour les bourgades installées le long de la rivière.

Ainsi, le seigneur du Porhoët, vaste fief au centre de la Bretagne, décide d’y installer ses châteaux pour contrôler les axes de communication. Et quels châteaux au cœur de cette forêt médiévale ! Sa petite seigneurie devient riche, son château de plus en plus en puissant et le Comte du Porhoët accède aux plus hautes sphères du pouvoir breton, au point de défier le Roi d’Angleterre en personne !

D’autres bourgades vont utiliser la force de l’Oust pour y installer des moulins pour moudre le grain, travailler le cuir ou broyer le chanvre. Les moulins, propriété du seigneur, sont rares, ils concentrent les technologies les plus abouties de l'époque. Malestroit développe ainsi une petite économie florissante et commence à vendre son artisanat.

Non loin de là, la petite Cité de la Roche Bernard est un véritable carrefour marchand avec un accès direct à l’Atlantique. Les seigneurs de Malestroit y voient là une formidable opportunité de multiplier les échanges commerciaux. Pour cela, il faut franchir les landes de Lanvaux. Le seul franchissement possible et sûr est contrôlé les seigneurs de Rochefort. Ce point de passage prendra une grande importance dans cette économie locale, au point d’assurer la richesse de Rochefort en Terre et de bâtir son château pour mieux le contrôler et affirmer sa puissance.

Je vous propose donc de nous suivre dans cette aventure bretonne sur ce chemin historique entre Josselin et la Roche-Bernard, au fil de l’eau, de villages en villages.

 

Défendre le Duché de Bretagne du haut du château de Josselin

De bon matin, votre aventure commence au cœur de la Bretagne médiévale par cette imposante forteresse à l’aspect sévère ! A Josselin, le seigneur du Porhoët disposait là d’un atout considérable pour défendre son Comté. Au point qu’au 17ème siècle, le cardinal Richelieu décide de démanteler cette menace. Vous voyez donc une toute petite partie de l’enceinte aujourd’hui, il faut imaginer neuf tours avec un imposant donjon.

La visite de cette forteresse est évidemment recommandée. Elle vous permettra de découvrir l’autre aspect, cette fois-ci plus raffiné, du château avec sa cour et sa façade du début du 16ème dans un style de transition entre le gothique et la Renaissance, absolument superbe !

Depuis le 12ème siècle, la forteresse appartient à une famille noble d'origine bretonne : Les Rohan anciennement connu sous le nom de Porhoët, l’une des plus anciennes lignées d’Europe. Une Maison noble influente dans l'histoire de la Bretagne. La visite permet de voir les intérieurs de ce château privé, encore habité par les Rohan.

www.chateaudejosselin.com

La localisation du Château de Josselin au bord de l'Oust (An Oud en breton, Canal de Nantes à Brest en langage Napoléonien) n'est pas un hasard. Les cours d'eau ont souvent été des emplacements stratégiques pour la construction de châteaux médiévaux, offrant à la fois une source d'eau et une voie de transport pour les matériaux de construction. Ainsi, la rivière a joué un rôle dans le choix du site pour la construction du château, qui a ensuite influencé le développement de la ville. La seigneurie du Porhoët, dans laquelle se trouve Josselin, est un véritable nœud routier où les taxes perçues sur les activités marchandes fond de son seigneur, un homme riche. Ce dont profitera amplement Josselin.

La Cité de Josselin est aussi très jolie, surtout à la belle saison quand elle est vivante. Ne manquez par la basilique Notre-Dame-du Roncier aux pignons alignés et rythmés, typique de la Bretagne. Pour compenser l’austérité du granit, on a coiffé les bas-côtés de sculptures. Josselin est aussi une Terre miraculeuse avec la légende de la Vierge qui revenait systématiquement se cachait dans les ronces ! Si bien qu’on érigeât ici ce lieu de culte que 10 000 pèlerins viennent chaque année (le 8 septembre) célébrer. Vous pouvez grimper au sommer du clocher gratuitement d’où la vue est sympa sur le château et les alentours.

Le patrimoine gastronomique n’est pas en reste ! Aller Chez Simon ou à la table d’O, pour une cuisine locale, raffinée et accessible. Nous on valide les deux ! Pour ceux qui sont plutôt pique-nique, direction la deuxième étape de la journée, Malestroit.

Chateau_Josselin
chateau_josselin
chateau_josselin

Se poser sur les bords de l'Oust face à la Cité médiévale de Malestroit 

Non loin des Rohan, les seigneurs de Malestroit bâtissent eux aussi leur château sur les bords de l’Oust, aujourd’hui disparu, au niveau de l’îlot Notre-Dame afin de contrôler la rivière. Isolé au milieu d'une rivière, il offre une défense redoutable et permet au village de prospérer plus tranquillement. Le village, lui, se regroupe autour de l’église St Gilles dont il subsiste une bonne partie de cette époque.

Vous apercevrez rapidement des ronds jaunes sur un fond rouge un peu partout dans la Cité. Voici le signe de cette richesse passée de Malestroit. Cela représente des besants d'or avec sa devise qui vient nous confirmer l’opulence des seigneurs de Malestroit : « la Maison qui compte ses besants n'est pas de Malestroit ». Les besants étaient des pièces d'or byzantines, prisées dans toute l'Europe médiévale pour leur haute teneur en or et leur fiabilité comme monnaie d'échange. On s’en sert surtout pour les transactions de grande valeur. C'est dire si les seigneurs de Malestroit se la racontaient au cœur du Duché de Bretagne.

Même si l'église a été largement remaniée depuis cette époque, elle garde son atmosphère romane avec l'emploi du grès roussard (rouge) typique du secteur sur les parties les plus anciennes de l'église. Remarquez les peintures qui datent du 13ème siècle sur la croisée des transepts. Elles ont été découvertes en 2011. L’église est assez originale avec ses deux nefs accolées et d’époques différentes.

La place du Bouffay autour de l'église regroupe les riches logis des marchands du Moyen-âge. Le plus emblématique est la maison à pan de bois construite au 15ème siècle, la Maison de la Truie-qui-file. Elle est ornée de sculptures symboliques courantes au Moyen-Âge : la truie filant la laine paraît être la débauche, la gueule de loup-garou, une forme de sorcellerie, ou encore le lièvre jouant de la veuze, l’instrument du diable.

Les seigneurs de Malestroit disposaient de moulins utilisant la force de l'Oust : les moulins banaux. Le terme « banal » vient du mot « ban », qui désignait les droits du seigneur en général. Le seigneur avait un monopole sur la mouture des grains. Les paysans ne pouvaient pas moudre leur grain ailleurs ou utiliser leurs propres moulins sans la permission du seigneur. En échange de l'utilisation du moulin, les paysans devaient payer une redevance en nature (une partie de la farine obtenue) ou en argent. Cette redevance était appelée le « droit de mouture ».

Située au carrefour de routes importantes, Malestroit organise et développe des foires et des marchés qui comptent très vite parmi les plus grands de la région. Cette activité commerciale majeure lui permet de diversifier son économie et d’être épargné lors des différentes crises que connaitra l’artisanat textile.

Aujourd'hui, la Cité de Malestroit est toujours très liée à sa rivière, l'Oust. De nombreux touristes à vélo ou en bateau débarquent dans la petite Cité. Les crues de l'Oust sont aussi redoutables comme celle de 2001 qui a fait de nombreux dégâts. Elle est une étape agréable pour pique-niquer sur les bords de l’Oust. « Le bout de pain », boulangerie traditionnelle propose des sandwichs et aussi un far aux pommes, dont vous me donnerez des nouvelles !

bretagne_malestroit
bretagne_malestroit
bretagne_malestroit
bretagne_malestroit

Faire un crochet au festival photo de La Gacilly

Sortez du monde médiéval pour ce superbe festival dans l’agréable village de La Gacilly. Chaque année de juin à octobre, les rues, les jardins, les bâtiments se couvre de photos sur une thématique différente chaque année, tout le temps engagé sur les grands faits sociétaux. Souvent esthétiques, les photos sont aussi un excellent moyen de comprendre et de prendre conscience du Monde qui nous entoure.

300 000 visiteurs se pressent chaque année voire ce festival entièrement gratuit.

bretagne_la_gacilly

Partir en rando dans les couleurs des landes de Lanvaux à Rochefort-en-Terre

Pour découvrir Rochefort-en-Terre, célèbre petite Cité bretonne, village préféré des français, plus beau village de France, j’ai choisi de le faire par une randonnée dans les Landes de Lanvaux. Le GR38 coupe la D777a en face Rochefort, vous pouvez facilement vous stationner sur les bas-côtés, et vous ne serez certainement pas tout seul ! Ces landes séparent le Morbihan du littoral de celui de l’intérieur des terres. Les crêtes culminent entre 60 et 150m. Je cherchais des genêts bien jaune, des bruyères avec des violets, et des graminées orangées, bref un paysage typiquement breton et je n’ai pas été déçu ! Ajoutez à cela des blocs de granit et une vue sur Rochefort et son château, et la randonnée est devenue enchanteresse. Seule difficulté la montée/descente au pied de Rochefort. Comptez 2h et un peu plus pour profiter de Rochefort. Ah oui les couleurs sont surtout présentes en été.

 

Les seigneurs de Rochefort se sont installés sur ce promontoire rocheux, seul accès relativement aisé pour franchir les Landes de Lanvaux. Heureuse idée, quand on sait que la riche Cité de Malestroit va transporter ses abondantes marchandises vers le port de la Roche Bernard et son accès vers l'Atlantique. Le droit de passage récolté par le seigneur lui permettra de fortifier son château. Son aspect actuel est très récent, il a remplacé le château originel, détruit pendant la guerre de succession bretonne au 15ème siècle, les seigneurs de Rochefort ayant misé sur le mauvais cheval, le second fut lui détruit lors au 18ème siècle lors d’une révolte paysanne.

 

Là aussi l'église date du 12ème mais elle a été largement remaniée. A l'intérieur, vous remarquerez qu'elle penche sérieusement à cause de son absence de fondation ! On a donc construit un bas-côté au Sud pour tenter d'éviter sa chute, d'où cette impression d'une église décentrée et manquant d'harmonie. 

 

La visite de Rochefort demande un peu d’organisation en haute saison tellement le village est victime de surtourisme. Le village a beaucoup de charme, tôt le matin et tard le soir, mais en été ou sur certains week-ends ça peut être l’enfer ! Rochefort est vraiment un tout petit village, en cas d’affluence le stationnement payant peut lui aussi être saturé, je vous recommande vraiment de décaler votre visite !

bretagne_lanvaux
bretagne_rochefort
bretagne_rochefort

Terminer sa journée par le coucher du soleil sur la Vilaine à la Roche-Bernard

C'est en franchissant l'un des ponts qui enjambent la Vilaine que l'on se rend compte de l'obstacle, de la frontière qu'a pu représenter ce fleuve. A l'époque médiévale, point de pont mais un bac, qui va donner une importance de premier plan à ce bout de rocher. Les Comtés de Nantes et de Rennes n'auront de cesse de courtiser le seigneur de la Roche-Bernard. Protégé de l'océan, tout en gardant un accès facile à celui-ci, le rocher est une place essentielle dans le dispositif commercial et militaire du Duché de Bretagne.

 

Qui était Bernard ? Il semblerait que se soit un chef viking Bern-Hardt (fort comme un ours) qui a d'abord conquis la place avant de servir le Duc de Bretagne. 

Là aussi le promontoire rocheux a servi à la construction d'une fortification dont il ne reste rien aujourd'hui. Le seigneur ayant choisi le mauvais camp dans une guerre de succession.

Stratégiquement, La Roche Bernard disposait de greniers à sel, indispensable dans le commerce de ce produit indispensable au Moyen-âge dans la conservation des aliments. Les seigneurs de la Roche étaient riches et présents au plus haute fonction de la cour du Duc, leur conférant un pouvoir de premier ordre à l'époque médiévale.

 

Aujourd'hui, la Roche-Bernard est avant tout un port de plaisance avec 600 bateaux toute l'année qui profitent de la situation protégée de la Cité. Le barrage d'Arzal, situé en aval empêche la marée de remonter (elle remontait jusqu'à Redon avant) et protège Rennes et Vitré des inondations

 

Nous avons adoré le restaurant le Sarah B sur le port. Sa déco, sa carte et son ambiance en font un excellent point de chute pour boire un thé, un verre ou manger ! 

Bonne visite !

bretagne_roche_bernard
bretagne_roche_bernard
bottom of page