Les Baroudeurs du Temps
  • Instagram
  • Facebook

On vous plante le décor : la Renaissance 

Mon voyage se déroule au quattrocento italien, le 15ème siècle à nous, la période de 1400 à 1500, autrement dit la Renaissance ! C’est ici, à Florence et plus généralement en Italie que des artistes, des intellectuels vont bouleverser les Arts et les mentalités.

Alors c’est quoi la Renaissance ? Est-ce enfin l’âge d’or tant attendu après les ténèbres du Moyen-âge ?

Je démarre avec ce cliché largement répandu sur la Renaissance : Le Moyen-âge est loin d’être une période sombre et rien ne se transforme du jour au lendemain, surtout pas dans un monde idyllique.

Pour vous et moi, si nous vivions à cette période, il y a peu de chance de voir la différence entre la Renaissance et le Moyen-âge, ce n’est pas une rupture : les guerres existent toujours, il faut toujours plus d’impôts pour la faire, le seigneur est régulièrement un tyran, vos conditions de vie ressemblent à celle de vos parents.

Pour admirer toutes les nouveautés de l’époque, nous autres touristes, nous devons nous mettre dans la peau d’un ecclésiastique, d’un bourgeois ou d’un noble.

Le réveil intellectuel se caractérise par un appétit furieux pour l’antiquité, un âge où Rome rayonnait sur le monde connu, Empire lui-même inspiré de celui de la Grèce, une période glorieuse de l’Italie. Avec la mise au premier plan de la culture antique, les Arts connaissent un profond bouleversement, à la fois technique et esthétique. Les œuvres que vous pourrez admirez ici à Florence deviennent obsédées par le corps humain, par la recherche des expressions et par la perspective géométrique pour rendre toujours plus réel les œuvres.

1200px-Venus_botticelli_detail.jpg

Botticelli

 

La Naissance de Venus 

Florence

Le Trone de grace - Masaccio.jpg

Masacio

 

Santa Maria Novella

 Florence

18 Orvieto (107).jpg

Signorelli

 

Duomo 

Orvieto

dave-1536x7682.jpg

Michelangelo

 

Galleria dell'Accademia 

Florence

Última_Cena_-_Da_Vinci_5 (1)bb.jpg

da Vinci

 

La Cene 

Milan

5Firenze (268)_edited.jpg

Fra Angelico

 

Couvent San Marco 

Florence

donatello.jpg

Donatello

 

Museo dell'Opera del Duomo 

 Florence

C’est aussi une période où les premières stars du monde de l’art émergent : Brunelleschi, Donatello, Botticelli, Masaccio ou Fra Angelico ; les étoiles de la Renaissance font leur début à la fin du quattrocento da Vinci puis Michel-Ange et enfin le tout jeune Raphaël au crépuscule de ce siècle. Les princes s’arrachent à grand coups de florins ces artistes stars.

 

L’humanisme nait, pas au sens où on l’entend aujourd’hui avec sa bonté ou l’altruisme qu’il suppose, mais quelque chose de plus complexe, difficile à résumer en quelques mots :

C’est avant tout, une étude approfondie des langues dites humanistes que sont le grec et l’hébreu. Les copies des copies des manuscrits antiques ont largement déformé leur sens originel. Il s’agit d’abord de les retrouver, il s’organise alors une vraie chasse aux manuscrits antiques, de les redécouvrir dans leur langue de l’époque, le grec et d’en faire une nouvelle étude et de s’inspirer de la philosophie (Platon, Socrate, Aristote, etc.), de la sculpture, de l’architecture, de la démocratie. Quelques intellectuels, les personnes parlant le grec sont très rares, (on parle le latin) puisent dans le passé pour faire évoluer la société, quoi de mieux que de regarder l’époque glorieuse de l’Empire de Rome ?

Avec ces fouilles et ces études, des concepts qui sont familiers à présent de nos sociétés actuelles commencent à émerger comme s’instruire pour être libre, d’encourager l’enseignement, de remettre l’Homme au centre et donc de modérer la présence de Dieu pour expliquer le monde. Enfin, des réflexions sur l’art de gouverner découlent également de ces débats intellectuels.

 

Les élites deviennent ceux qui parlent plusieurs langues notamment le grec et l’hébreu (en plus du latin, langue officielle), avec l’essor économique, les riches marchands et banquiers contrôlent les villes, nous assistons donc un véritable changement dans l’ordre social où jusqu’à présent, les guerriers étaient le summum et les nobles contrôlaient le pouvoir.

14 Perugia (38).jpg

Le Perugin

 

Collegio del Combio 

Pérouse

la suite

la suite

Une fois que je vous ai dit cela, je peux maintenant vous dire pourquoi cette Renaissance nait ici à Florence avant de diffuser dans toute l’Italie puis en Europe (même si un autre foyer de Renaissance est identifié aux Pays-Bas) :

  • Il suffit de se balader en Italie pour se rendre compte que l’héritage de l’Empire Romain est partout, visible aux quatre coins des rues avec ses ruines, arènes, amphithéâtres, colonnes ou mosaïques. Bien sûr ces ruines étaient déjà existantes au Moyen-Âge. L’Antiquité questionne les intellectuels, elle fait partie du quotidien des habitants des villes bâties sur ou autour de cet héritage. L’intérêt pour cette époque glorieuse de l’Histoire italienne infuse tout au long du 14ème siècle.

  • L'Italie médiévale est urbaine avec de nombreuses Communes, dynamiques et grouillantes de monde, elles grandissent, s'enrichissent et s'embellissent à un rythme soutenu. Les Communes deviennent alors de vastes cités qui influencent de larges territoires, aussi grands que les Régions de l’Italie actuelle : Florence, Milan, Rome, Sienne, Mantoue, Ferrare, Lucques ou Venise étendent leur pouvoir sur les campagnes alentours.

  • Loin du pouvoir du Saint Empire Romain, ces Communes s’émancipent en République, Duché, Marquisat, qui facilite l’essor de petits cercles de « liberté », creusets de l’humanisme. Florence fut l’une des premières, en instaurant une République de marchands, libre de se gouverner soi-même. 

  • A cette époque « L’art doit servir le prestige de la cité, et de celui qui la gouverne » Elisabeth Crouzet-Pavan. L’Art est au service du pouvoir politique mais aussi un signe extérieur de richesse. Toutes ces Communes, ces hommes de pouvoir entrent alors en compétition économique, politique et culturelle et cela va considérablement stimuler l’innovation dans ces domaines.

Le premier des Médicis, Cosimo, va mettre en place une véritable politique culturelle dès son arrivée au pouvoir 1434, poursuivie par son petit-fils Laurent le Magnifique. Les Médicis vont aussi prêter leurs artistes dans toute l’Europe afin de faire rayonner l’art florentin, la culture devient alors une arme diplomatique.

  • Toute cette compétition demande de l’argent, de beaucoup d’argent et ça tombe bien, le commerce italien domine la Méditerranée avec ses grands ports, ses banques sont éclatantes, on vient de toute l’Europe empruntait de l’argent, l’agriculture est riche et son industrie reconnue.

  • Enfin, la chute de Constantinople en 1453 (Istanbul) et de l’Empire byzantin auquel Venise est étroitement lié, provoque l’afflux d’érudits parlant grec en Italie. Ils ont fui cette guerre en emportant avec eux de fameux manuscrits antiques. Les artistes italiens sauront en tirer profit.

montre [Récupéré]_edited.jpg