top of page
Siena (87)b_edited copie.jpg

Sienne et le Val d'Orcia
voyage dans un tableau du Trecento  

Mes incontournables

ITALIE | DESTINATION | SIENNE

L’autre étape essentielle, incontournable, je dirai même obligatoire lorsque l’on voyage en Toscane, est la visite de la ville de Sienne et de ces alentours. Nous ne sommes qu’à moins de cent kilomètres du berceau de la Renaissance et pourtant ici le développement est totalement différent. Plus conservatrice, le gothique va ici prospérer comme nulle part ailleurs en Italie. Sienne a sa propre identité, une architecture médiévale sans nulle autre pareille, un rêve gothique, une plongée dans le Moyen-Âge à ne manquer sous aucun prétexte.

Deux silhouettes se distinguent à l’horizon, le Duomo de Sienne avec son campanile zébré de marbre et la tour du Palazzo Pubblico, une prouesse haute de 102 mètres, érigée depuis 700 ans. Elle domine la piazza del Campo, l’un de mes lieux préférés de Toscane, voir d’Italie, le cœur vivant de Sienne. Et puis c’est ici que vous pourrez admirer la fresque très politique de Lorenzetti qui vous transportera dans le paysage du Val d’Orcia.

La visite de Sienne mérite au minimum une journée pour les pressés. Sienne demande du temps pour se perdre dans son lacis de rues et profiter de la douceur du soir, voir de ses nombreuses fêtes autour des contrade (les 17 quartiers de Sienne) qui rythment la Cité dont les points culminants sont les palios du mois de juillet et d’août. C’est pourquoi 3 jours de visites c’est cool notamment si on veut on veut se balader dans les alentours notamment le Val d’Orcia ou les crêtes.

Vision extraordinaire lorsque vous arriverez la première fois sur l'une des plus belles places d'Italie. En forme de coquille inclinée avec cet imposant gratte-ciel médiéval et ces bâtiments cossus autour, la Piazza del Duomo est unique. La chaleur peut y être torride, il faut alors attendre que l'ombre gagne pour pouvoir se poser à même le sol ou sur les nombreuses terrasses.  C'est ici autour de cette place qu'a lieu chaque année le fameux Palio, rendez-vous une course de cheval au triple galop autour de vous au milieu d'une foule surexcitée, une expérience unique ! 

Toutes les rues mènent à l'éblouissante Piazza del Campo 

piazza_del_campo_sienne
piazza_del_campo_sienne

Gravir la belle Piazza San Giovanni et s'aventurer dans le labyrinthe de ruelles médiévales...

Le développement de Sienne est étroitement lié au tracé de la via Francigena qu'empruntent encore aujourd’hui des milliers de pèlerins pour se rendre à Rome. La Cité est un exemple rare d’une préservation exceptionnelle d’une grande ville médiévale. La ville n’a pas subi de gros dommages durant les guerres et elle a été relativement éloignée du développement industriel moderne. Son nombre d’habitants correspond à celui de l’époque du Moyen-Âge. Alors, la forme urbaine de la ville actuelle correspond presque totalement à celle de l’origine, imaginez des personnes voyez les mêmes choses que vous il y a 700 ans !! Le style gothique (du Moyen-Âge) avec ses arcs si caractéristiques se retrouvent sur les édifices publics, les palais et les maisons-tours. Et Sienne a développé son propre style, vous le voyez notamment sur le Palazzo Pubblico au rez-de-chaussée (photo à droite) : un arc supérieur aigu que l’on retrouve dans le monde oriental et un barreau typique de Pise pour être très précis !

Sienne est construite à l’intersection de trois collines, cela vous donne idée du relief dans la ville, l’itinéraire le plus court n’est pas forcément le plus facile, ça descend souvent pour remonter dans la foulée. Sur cet emplacement atypique, Sienne ne dispose pas de réserve d’eau, il faut un système souterrain ingénieux (les bottini) pour amener la ressource en eau. Ce bien est si précieux pour les habitants du Moyen-âge que chacune des fontaines publiques sont de véritables œuvres d’art de style gothique. Cherchez donc ces œuvres, dont la plus célèbre se trouve sur la piazza del Campo, la fonte Gaia, la Fonte Branda, Nuova d'Ovile, del Casato et la Fontana della contrada dell'onda, un coin qui offre de joli point de vue sur la Cité.

Sienne doit sa prospérité à l'activité bancaire, d’ailleurs la banque la plus vieille du monde, la MPS, siège dans le Palazzo Salimbeni (photo de droite).

 

Arrêtez-vous à la Nuova Pasticceria ou à la Pasticceria Buti Siena (ou aux deux !) pour goûter aux deux spécialités sucrées de Sienne : le Ricciarelli et le panforte. Le Ricciarelli di Siena est un biscuit souple à base d'amandes amères, très bon ! Ceux au chocolat, une entorse à la recette traditionnelle, sont une tuerie !! Le panforte di Siena a un goût très puissant avec ses épices, ses fruits confits, secs et son miel.

 

Ne manquez pas au soleil couchant, le point de vue depuis la basilique San Domenico ou depuis la via Camporegio.

 

Terminez par la piazza San Giovanni et le Baptistère. Un voyage au Moyen-Âge vous attend avec en fond la facciatone (un morceau du projet pharaonique d’agrandissement de la cathédrale que la peste de 1348 va interrompre définitivement) et cet escalier monumental pour y parvenir, superbe !

banque_sienne
baptistere_sienne
PXL_20240504_124307646_edited copie.jpg

S'émerveiller devant la plus belle église gothique d'Italie
et y rentrer !

La visite de la Porta del Cielo permet l’accès aux hauteurs du Duomo pour une vingtaine d’euros. Cela permet d’approcher la voute étoilée mais le prix est tout de même très très élevé. Privilégiez le pass OPA d’une quinzaine d’euros (accès à la cathédrale, à la librairie Piccolomini, l’accès à la facciatone (et à son panorama), au museo dell’Opera del Duomo, au baptistère, à la crypte, à l’oratoire, ouf ! bref c’est valable !!).

 

Jugé sur sa colline, le Duomo est un chef d’œuvre de l’art gothique italien. Les moines cisterciens de l'abbaye de San Galgano, non loin de là, ne sont sans doute pas étrangers au choix rare en Italie de l’architecture gothique dans la réalisation de cette cathédrale. La façade est l’œuvre du génie de la sculpture, Giovanni Pisano, que l’on retrouve à Pise, à Pérouse ou à Pistoia.

Le Duomo est zébré de marbre vert de Prato (le serpentine), de calcaire rouge de Sienne et de marbre blanc.

 

L’intérieur est d’une richesse décorative exceptionnelle. La voute peinte, l’alternance de vert et de blanc, les 171 bustes de Pape, la coupole en trompe l’œil (les caissons sont une illusion), le pavement (seulement découvert en été), la chaire sculptée de Pisano père et fils qui fait basculer la sculpture gothique dans l’expressif, des sculptures des florentins Donatello ou Michel-Ange, bref cette cathédrale est un joyau de l’histoire de l’art.

La librairie aux décorations de Pinturicchio (élève du Pérugin comme Raphaël) relatent la vie du prolifique Pape Pie II que l’on retrouvera dans le Val d’Orcia à Pienza.

 

duomo_sienne
duomo_sienne
Ambrogio_Lorenzetti_Effects_of_Good_Government.jpg
campagne_sienne

L’ascension des 400 marches de la Torre del Mangia est assez vertigineuse, et pour les costauds il va falloir se faire tout petit pour passer au sommet ! De là-haut la vue est extraordinaire, vous remarquerez la proximité de la campagne qui vient presque toucher le centre de la ville, la Piazza del Campo. Ce lien géographique assez rare entre une ville de plus de 50 000 habitants et la campagne est un concept naît un peu plus bas dans les salles du Palazzo Pubblico, nous y reviendrons une fois descendus, en attendant profitez de cette vue incroyable !

Plusieurs chefs-d’œuvre de cette époque sont dans le Palazzo Pubblico comme la Maestà de Simone Martini (1315), d’autres sont à la Pinacothèque de Sienne.

Issu de l’école siennoise, Ambrogio Lorenzetti reçoit pour mission de représenter dans une salle du Palazzo Pubblico le Bon et le Mauvais Gouvernement, ainsi que leurs effets. Il réalise ainsi le plus important cycle profane du Moyen Âge, la première peinture politique de la Renaissance.

val_dOrcia_sienne

Pour les amateurs de fresques italiennes et pour comprendre le Val d’Orcia, la visite du Palazzo Pubblico est incontournable.

La Sienne médiévale connaît son heure de gloire et une certaine stabilité politique entre 1250 et 1348 (date de l’arrivée de la peste noire qui va décimer la moitié de la population). Elle est alors dirigée par un « Conseil des Neuf » appelé Il Buon Governo (le Bon Gouvernement). Élus par tirage au sort, neuf citoyens assument la charge du pouvoir pendant deux mois. Ils vivent reclus dans le Palazzo Pubblico et ce lieu n’a pas bougé depuis cette époque, vous pouvez donc admirez les fresques de l’école de Sienne et le message politique que chaque conseiller voyait tous les jours.

On peut retenir quelques artistes majeurs de l’école de Sienne qui œuvre pendant cette période faste de Sienne :

  • Duccio di Buoninsegna,

  • Simone Martini

  • Les frères Ambrogio et Pietro Lorenzetti

  • Le sculpteur Pisano

Sienne entretenait des relations avec Milan, Naples et la France. Simone Martini était en contact avec la cour d'Anjou de Naples et se rendit à Avignon en 1339. ces échanges vont mêler étroitement Sienne au développement de l'art occidental au milieu du 14ème siècle.

Leurs œuvres ont un style unique et elles ont marqué l’histoire de l’art par :

  • Des œuvres religieuses : les représentations du Christ, de la Vierge, des saints et des scènes bibliques sont très fréquentes.

 

  • Un fond d’or : hérité de l’Empire Byzantin, les artistes de l'école siennoise utilisent abondamment l’or pour renforcer la préciosité de l’œuvre et lui donnait un caractère divin (l’éclat de Dieu). L’or vibrait sous la flamme des bougies et seul apparaissait les personnages dans un espace lumineux. A la Renaissance, le fond d’or laissera la place à des paysages organisés par la perspective.

 

  • Des couleurs vibrantes : le bleu, le rouge et le doré dominent les œuvres de cette école.

 

  • Une attention apportée aux détails : les visages, les vêtements et les arrière-plans étaient souvent travaillés avec minutie.

 

  • Des proportions idéalisées : pour donner de l’élégance aux figures humaines, les proportions sont souvent magnifiées, parfois à l’extrême !  

Alors quand on regarde la fresque comme ça, on a un peu de mal à s’imaginer que c’est le Val d’Orcia, ce n’est pas la photo carte postale. Il faut imaginer qu’à l’époque, la campagne autour de Sienne est laissée à l’abandon, que la ville exerce une tyrannie sur les habitants des campagnes. Cette fresque, au contraire, donne les ingrédients d’un bon gouvernement, plus humaniste en imposant une organisation et un juste équilibre entre Sienne et la campagne.

Sienne est à gauche, des marchands circulent entre la ville et la campagne pour bien montrer que l’un ne peut vivre sans l’autre. C’est l’annonce du métayage dont je vous parlerai dans le Val d’Orcia. On reconnaît les collines, les fermes dominantes, les cultures de céréales du Val d’Orcia. Pourtant à l’époque ce paysage n’existe pas, la fresque va servir de plan en 3D à la création de ce nouveau système de bonne gouvernance.

Le paysage doit être fonctionnel, équitable et esthétiquement plaisant. C’est le concept du paysage que vous contemplez. Une sorte de projet pilote en matière de développement rural durable et nous sommes qu’au 14ème siècle, nous en parlons encore aujourd’hui ! L’implication des architectes et des artistes dans la conception du paysage a été cruciale. Ce n’est pas seulement des fermes et des champs, c’est une vraie carte postale qu’on photographie encore aujourd’hui (avant on la peignait).

ecole_siennoise
torre_del_mangia_sienne

Faire le plein de sensations en montant à la Torre del Mangia,  puis contempler les fresques de Lorenzetti

Partir dans ce tableau sur les routes du magnifique Val d'Orcia

Vous êtes très exactement dans un décor de la Renaissance, et même dans une toile de cette époque, dingue non ?!

Ce décor n’a pas bougé depuis de 700 ans. Il a été planifié, conçu de toute pièce aux 14 et 15èmes siècles par les riches marchands de Sienne, sur la base d’une fresque, celle d'Ambrogio Lorenzetti peinte sur les murs du Palazzo Pubblico de Sienne en 1338 : Les Effets du bon et du mauvais gouvernement.

C’est d’ailleurs pour cela que le Val d'Orcia a été classé par l’UNESCO en 2004. Situé entre Montalcino et Pienza et la silhouette du Mont Amiata, ancien volcan culminant à 1700m d’altitude, le Val d’Orcia est une terre argileuse imperméable qui provoque un ruissellement important des eaux de pluies d’où ces petites bosses. L’architecture des fermes (Podere) se cale sur les grands exemples des villas urbaines construites en brique. Vous y verrez des cultures d’oliviers, de la vigne, du blé et du tournesol. Le cyprès, symbole de la Toscane, n’est pas né ici, il a été importé d’Egypte par les Etrusques. Le cyprès sert à la fois d’ornement mais aussi à stabiliser la terre, de brise vent ou d’ombrage. Il est aussi un symbole d’éternité. Ici tout ce qui est fonctionnel doit être beau.

Le métayage

Ça vous rappelle l’école mais c’est un élément essentiel de ce nouveau paysage qui se veut plus humaniste.

Le Val d’Orcia est divisé en petites propriétés, cultivées par des familles vivant sur place, et donnant la moitié de leur production aux marchands propriétaires de Sienne à titre de loyer. Ce propriétaire investit au départ dans le cheptel (servant à labourer), le matériel et les semences. Cet investissement de départ permet de nouvelles techniques agricoles. La production récupérée par le propriétaire lui sert à son alimentation courante, il vend les excédents sur le marché.

Le paysan, lui, nourrit simplement sa famille en autosuffisance avec ces différentes cultures, grâce aux capitaux du propriétaire, il améliore ses rendements. 

Nous sommes loin du servage (où toute la production allait au seigneur), même si le paysan reste encore très dépendant de riches marchands.

 

val_dOrcia_sienne
val_dOrcia_sienne
val_dOrcia_sienne

Faire une pause sur la place parfaite de Pienza

Partez le matin, tôt pour profiter de la lumière et d’une bonne température pour Pienza, classée au patrimoine de l’UNESCO.

En 1459, Corsignano devient Pienza, la ville du Pape Pie II (celui de la librairie à Sienne) qui décida d’installer dans son village natal sa somptueuse résidence d’été. Il n’y viendra que 3 fois ! Admirez sa place parfaite, piazza Pio II, c’est ici que s’exprime le concept de ‘ville idéale’ cher à la Renaissance. Installez-vous via Marconi et remarquez trois choses :

 

  • La géométrie et la symétrie de cette place fermée, en forme de trapèze, avec une hauteur identique des bâtiments. 

 

  • La perspective : les lignes convergent vers le Duomo (le pouvoir spirituel) qui le rend plus imposant.

  • L’unité de l’architecture, les couleurs, l’utilisation du même matériaux (travertin et marbre).

À l’irrégularité de la place du Moyen-âge s’oppose la régularité géométrique des places de la Renaissance. Ce chef d’œuvre sera copié partout dans le monde. Rossellino a mis ici en pratique les enseignements de son maître, Alberti, le célèbre architecte de la Renaissance. L’extension de la ville ne se fait plus au fil de l’eau (comme au Moyen-âge), mais commence à s’effectuer à partir d’éléments clés (places, rues principales, bâtiments publics).

Pienza est aussi le village du Pecorino Toscano (le plus répandu est le Pecorino Romano provenant du Latium).

Le fromage à pâte tendre ou semi-dure est fait de lait de brebis de couleur blanche paille. Il est doux, avec une saveur parfumée, un arôme délicat mais soutenu. Affiné, on peut le râper, il ressemble au parmesan.

En tranches, qu’il soit frais ou affiné, il s’accompagne parfaitement avec du miel, de la confiture ou de la poire par exemple. Il peut être

  • Fresco (frais) : au moins 20 jours d’affinage, si vous devez en ramener prenez du 1 mois

  • Semi-stagionato (semi-vieilli) : 3 mois d’affinage.

  • Stagionato (« affiné ») : 4 mois minimum (souvent plus de 8 mois)

Quelques 1,25 million de fromages de 2 kilos sont produits chaque année. Un petit millier d’éleveurs de brebis fournissent du lait destiné à la fabrication de Pecorino Toscano DOP. Difficile de croiser un troupeau dans les campagnes, tant la pratique de la stabulation s’est généralisée.

val_dOrcia_pienza
val_dOrcia_sienne
12 ValdOrcia (28) copie_edited copie.jpg

Finir en beauté et en gourmandise à Montepulciano

Limitrophe du Val d’Orcia, ce village perché et fortifié du Val di Chiana a vu les luttes entre les Républiques de Florence et de Sienne se jouer ici. Aujourd’hui, on grimpe, on grimpe pour admirer ses édifices Renaissance, tellement ressemblant avec Florence que de nombreux films ou série ont été tournés ici. Et puis Montepulciano est l’un des fief de la célèbre bistecca à la fiorentina

Amateurs de viandes, voici votre Saint Graal !

La bistecca est une viande de très grande qualité provenant du val di Chiana, la Chianina. C’est d’ailleurs ici, notamment à l’Osteria Acquacheta que vous dégusterez cette pièce de bœuf de 1,5kg, voir souvent plus (deux amateurs de viande en vienne à bout facilement) sur de grandes tablées (pensez à réserver l’un des deux services).

La Chianina est cette race toute blanche que vous pouvez apercevoir dans les champs autour de Montepulciano. On en mange depuis l’Antiquité, elle est connue pour la tendreté de sa viande, on dit même que c’est une des meilleure au monde si si ! Un taureau peut peser jusqu’à 1,7 tonnes. Elle est bien adaptée au climat toscan et à ses sols pauvres, elle est robuste.

 

val_dOrcia_montepulciano
val_dOrcia_montepulciano
bottom of page